Expérience de spectateur : « La lettre à Élise » , mise en scène par Jean François Viot au Théâtre de l’Atalante, 2018

De Antoine Chicaud 
Découvrir le spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

 

Empathie démesurée due au déplacement du cadre théâtral conventionnel

 

Un spectacle découvert sur internet ou dans la presse

Un billet réservé en ligne

Une pièce que tu connais ou dont tu as au moins déjà entendu parler

Un horizon d’attente qui découle de cette pré-connaissance

Un théâtre à proximité de là où tu habites

Une salle de spectacle d’au moins 300 places, pleine, avec des sièges rouges, une insonorisation parfaite, du personnel, des ouvreurs en tenue de travail, une billetterie pour récupérer ton billet acheté en ligne, un bar pour boire un verre et manger un morceau avant de voir le spectacle de la pièce dont tu as déjà entendu parlé avec peut-être un comédien ou deux que tu connais ou que tu as déjà vu jouer ailleurs.

Une scène large et profonde et haute, avec un beau décor ou pas

Le programme de salle que tu plies et mets dans la poche de ton manteau

Le léger bourdonnement des conversations qui commencent avant le début du spectacle et qui se finiront à la sortie Le noir complet qui oblige au silence

Le début

Le milieu

La fin

Le tonnerre d’applaudissement, la première personne qui se lève en applaudissant pour témoigner aux acteurs son engouement supérieur aux autres, ceux qui suivent et qui se lèvent aussi parce que après tout ils ont adoré aussi et tant pis pour les gens assis derrière qui ne verront pas le salut

Ou alors un applaudissement moue, un rappel pour faire plaisir, le rappel timide et faible qui témoigne d’un spectacle de mauvaise qualité

Le retour à la maison, la 13 pour le T2G, la 5 pour la MC et la galère pour la Cartoucherie

Voila les normes du protocole théâtral d’aujourd’hui. Le cadre que tout le monde connait. L’habitude du spectateur.

Mais ce jour là ça ne s’est pas du tout passé comme ça. Un ami m’appelle pour me dire qu’il faut à tout prix que j’aille voir une pièce. C’est un vieil ami, il a 73 ans, nous n’avons pas du tout les mêmes goûts. Il m’explique. La Lettre à Élise mise en scène par JeanFrancois Viot au Théâtre de l’Atalante. Je ne connais ni la pièce ni le metteur en scène ni le théâtre. Je décide d’y aller. J’arrive au théâtre de l’Atalante dans lequel je prend ma place pour la représentation du soir. C’est au sous-sol du théatre de l’Atelier dans le quartier de Montmartre. Il y a un homme derrière un petit bureau, il est seul, cet homme a l’air d’avoir tous les rôles, directeur du théâtre, chef de la billetterie, barman, ouvreurs, agent d’entretien, j’ai le sentiment qu’il est la seule et unique personne à tenir cet endroit. J’entre dans la salle. C’est une toute petite salle, 45 places tout au plus. Il y règne une ambiance de cave avignonnaise où de petits spectacles tournent. Les sièges sont noirs et abimés. Nous sommes 5. 5 pour 45 places. Chaque spectateur est venu seul. Le silence est assourdissant. Le décor est visible car il ne fait pas complètement noir, on pourrait presque sentir la texture des accessoires, l’odeur du petit livre jauni en avant-scène. La fiction commence. L’histoire entre ce soldat et sa femme Élise qui s’écrivent des lettres depuis le front de la guerre de 14 n’est qu’un prétexte pour montrer avec une sensibilité et une simplicité effroyable la beauté d’une histoire d’amour. L’amour triomphe sur la violence d’une guerre sans précédent. Je suis plongé corps âme dans la fiction. L’intimité et le contexte du spectacle sont une barrière en moins entre moi et les personnages. Je ne me sens pas au théâtre, je crois que je ne le suis plus, rien ne peut y faire paraître en tout cas. Il n’y a que moi et eux, moi comme œil extérieur, voyeuriste d’une romance troublante de sincérité. À l’apogée du spectacle je craque. Alors que depuis le début de l’histoire les deux personnages ne sont pas dans le même espace (une vitre de plexiglas les sépare), la femme ouvre une porte et vient rejoindre l’homme pour une danse aux airs de retrouvailles. Lorsque la peau de l’homme effleure celle de la femme, les larmes me viennent comme jamais auparavant devant un spectacle. Il n’y a plus d’espace, et s’il y a encore du temps alors il est dilaté à l’infini. L’empathie est totale, elle est même si forte qu’elle vient troubler mes sens : quand la femme touche l’homme c’est en réalité ma peau à moi qui est traversé par un souffle et une chaleur étrange. Je ne suis plus que sensation. Mais pas mes sensations. Leurs sensations.

 

Antoine Chicaud

 

crédits de l’image



Citer ce billet
rosaci (2021, 28 mai). Expérience de spectateur : « La lettre à Élise » , mise en scène par Jean François Viot au Théâtre de l’Atalante, 2018. IDEM. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ptjt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.