Expérience de spectateur « Cyrano de Bergerac » mis en scène par Leander Haußmann. Thalia theater, Hambourg, 2017

De Joséphine Thiessen
Découvrir le spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

 

Version traduite

 

Je suis au théâtre, assise dans le public. 

Le gros rideau rouge s’ouvre et le spectacle commence.

En voyant ce qui se déroule sous mes yeux, je me rends compte que c’est peut-être absurde de vouloir partager mes mots en sachant d’emblée qu’on ne me comprendra pas. Mais mes souvenirs veulent renaître et passer par mes mots.

Des mots étrangers.

Des oreilles inconnues.

Des yeux interrogatifs.

 Il n’y a maintenant plus de retour possible. Je revois Jens Harzer entrer sur le plateau avec sa silhouette voûtée, ses cheveux en bataille et un nez énorme.

Sa voix chaude, frémissante, au son légèrement métallique, commence à dire un vers après l’autre.

Il est dimanche 17h30, je suis au deuxième rang, sans connaître personne, et je bois ses paroles avec avidité.

Il est 18h30 et Jens Harzer oublie son texte pour la première fois. S’ensuivent plusieurs moments où il est là, sur le plateau, désemparé, et appelle à l’aide la souffleuse (Gabriele, je crois).

Il transpire, nous transpirons.

Le public respire en même temps que lui.

Au bout du septième trou de texte d’affilée il demande à la souffleuse de venir sur le plateau, la remercie et la présente au public.

-Tonnerre d’applaudissements.

Je n’en peux plus. Les premières larmes coulent le long de mes joues.

Mon corps commence à trembler et des points de douleur se diffusent dans mon cœur.

C’est le sentiment d’un cœur brisé, d’un amour sans retour. – Cyrano !

Je sens qu’il ne s’agit pas d’être comprise par les mots ou de maîtriser parfaitement un texte.

Tout ce qui constitue l’art est l’honnêteté, le courage de l’imperfection, l’ouverture du cœur pour donner de l’espace aux émotions, avoir confiance et se livrer sans peur. Se laisser porter.

Enrichir son artisanat par l’amour.


Version en langue originelle

Ich sitze im Theater. 
Der dicke rote Vorhang öffnet sich und die Vorstellung beginnt. 
Während sich der Moment vor meinen Augen abspielt, wird mir bewusste, dass es vielleicht absurd ist meine Worte teilen zu wollen und schon im Voraus zu wissen, dass ich nicht verstanden werde. Doch meine Erinnerungen wollen wieder neu geboren werden und sich durch meine Worte wiedergeben. 
Fremde Worte. 
Unbekannte Ohren. 
Fragende Augen. 

Jetzt gibt es kein zurück mehr. Erneut sehe ich wie Jens Harzer, mit einer gebeugten Gestalt, verfilztem – sperrlich gewachsenem Haar und einer kolossalen Nase die Bühne betritt. 

Seine warme, säuselnde stimme, die leicht blechern klingt beginnt einen Vers nach dem anderen zu rezitieren.

Es ist Sonntag 17:30 Uhr, ich sitze ohne jegliche Bekanntschaft in der zweiten Reihe und sauge durstig seine Worte auf. 

Es ist 18:30 Uhr und Jens Harzer vergisst das erste Mal seinen Text. Es folgen weitere Passagen in denen er ratlos auf der Bühne steht und seine Suffleuse (Gabriele oder so) um Hilfe bittet.
Er schwitzt, wir schwitzen.
Das Publikum atmet mit ihm. 

Nach dem siebten Texthänger in Folge bittet er die Suffleuse auf die Bühne, bedank sich bei ihr und stellt sie dem Publikum vor. 
– Großer Applaus.

Ich kann nicht mehr. Mir Kullern die ersten Tränen die Wangen herunter. 

 

Joséphine Thiessen

 

crédits de l’image

Expérience de spectateur : « La lettre à Élise » , mise en scène par Jean François Viot au Théâtre de l’Atalante, 2018

De Antoine Chicaud 
Découvrir le spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

 

Empathie démesurée due au déplacement du cadre théâtral conventionnel

 

Un spectacle découvert sur internet ou dans la presse

Un billet réservé en ligne

Une pièce que tu connais ou dont tu as au moins déjà entendu parler

Un horizon d’attente qui découle de cette pré-connaissance

Un théâtre à proximité de là où tu habites

Une salle de spectacle d’au moins 300 places, pleine, avec des sièges rouges, une insonorisation parfaite, du personnel, des ouvreurs en tenue de travail, une billetterie pour récupérer ton billet acheté en ligne, un bar pour boire un verre et manger un morceau avant de voir le spectacle de la pièce dont tu as déjà entendu parlé avec peut-être un comédien ou deux que tu connais ou que tu as déjà vu jouer ailleurs.

Une scène large et profonde et haute, avec un beau décor ou pas

Le programme de salle que tu plies et mets dans la poche de ton manteau

Le léger bourdonnement des conversations qui commencent avant le début du spectacle et qui se finiront à la sortie Le noir complet qui oblige au silence

Le début

Le milieu

La fin

Le tonnerre d’applaudissement, la première personne qui se lève en applaudissant pour témoigner aux acteurs son engouement supérieur aux autres, ceux qui suivent et qui se lèvent aussi parce que après tout ils ont adoré aussi et tant pis pour les gens assis derrière qui ne verront pas le salut

Ou alors un applaudissement moue, un rappel pour faire plaisir, le rappel timide et faible qui témoigne d’un spectacle de mauvaise qualité

Le retour à la maison, la 13 pour le T2G, la 5 pour la MC et la galère pour la Cartoucherie

Voila les normes du protocole théâtral d’aujourd’hui. Le cadre que tout le monde connait. L’habitude du spectateur.

Mais ce jour là ça ne s’est pas du tout passé comme ça. Un ami m’appelle pour me dire qu’il faut à tout prix que j’aille voir une pièce. C’est un vieil ami, il a 73 ans, nous n’avons pas du tout les mêmes goûts. Il m’explique. La Lettre à Élise mise en scène par JeanFrancois Viot au Théâtre de l’Atalante. Je ne connais ni la pièce ni le metteur en scène ni le théâtre. Je décide d’y aller. J’arrive au théâtre de l’Atalante dans lequel je prend ma place pour la représentation du soir. C’est au sous-sol du théatre de l’Atelier dans le quartier de Montmartre. Il y a un homme derrière un petit bureau, il est seul, cet homme a l’air d’avoir tous les rôles, directeur du théâtre, chef de la billetterie, barman, ouvreurs, agent d’entretien, j’ai le sentiment qu’il est la seule et unique personne à tenir cet endroit. J’entre dans la salle. C’est une toute petite salle, 45 places tout au plus. Il y règne une ambiance de cave avignonnaise où de petits spectacles tournent. Les sièges sont noirs et abimés. Nous sommes 5. 5 pour 45 places. Chaque spectateur est venu seul. Le silence est assourdissant. Le décor est visible car il ne fait pas complètement noir, on pourrait presque sentir la texture des accessoires, l’odeur du petit livre jauni en avant-scène. La fiction commence. L’histoire entre ce soldat et sa femme Élise qui s’écrivent des lettres depuis le front de la guerre de 14 n’est qu’un prétexte pour montrer avec une sensibilité et une simplicité effroyable la beauté d’une histoire d’amour. L’amour triomphe sur la violence d’une guerre sans précédent. Je suis plongé corps âme dans la fiction. L’intimité et le contexte du spectacle sont une barrière en moins entre moi et les personnages. Je ne me sens pas au théâtre, je crois que je ne le suis plus, rien ne peut y faire paraître en tout cas. Il n’y a que moi et eux, moi comme œil extérieur, voyeuriste d’une romance troublante de sincérité. À l’apogée du spectacle je craque. Alors que depuis le début de l’histoire les deux personnages ne sont pas dans le même espace (une vitre de plexiglas les sépare), la femme ouvre une porte et vient rejoindre l’homme pour une danse aux airs de retrouvailles. Lorsque la peau de l’homme effleure celle de la femme, les larmes me viennent comme jamais auparavant devant un spectacle. Il n’y a plus d’espace, et s’il y a encore du temps alors il est dilaté à l’infini. L’empathie est totale, elle est même si forte qu’elle vient troubler mes sens : quand la femme touche l’homme c’est en réalité ma peau à moi qui est traversé par un souffle et une chaleur étrange. Je ne suis plus que sensation. Mais pas mes sensations. Leurs sensations.

 

Antoine Chicaud

 

crédits de l’image

Expérience de spectateur: « Mahabharata – Nalacharitam » , spectacle de danse de Satoshi Miyagi, La Villette, Paris, 19-25 novembre 2018

De Thomas Roy 
Découvrir le spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

Pour un spectacle juste avant l’hiver, un soir où il fait très froid :

Satoshi Miyagi

pourquoi je t’ai choisi

dans le Mahabharata on est en cercle, dans le cercle, entouré par le théâtre, qui est partout, tout autour

il y a un orchestre de percussion, qui ne s’arrête jamais, comme le temps, qui groove, qui donne l’impression de partager le même temps que le monde qui entoure, qui donne envie de danser sur le groove, et qui donne l’impression que le temps aussi danse

il y a une grande vibration, toute la salle vibre, les murs et la grande verrière de la Grande Halle, et tout le public vibre ensemble comme une grande pâte qui s’agglomère

Puis les ombres portées sur les murs de la Grande Halle, l’ombre des grandes trompes, juste des grandes trompes en papier mâché, portées à bout de perches par des personnes en blanc qui marchent sur la scène. C’est un signe crypté, mais clair immédiatement. C’est évident. Ça crée du vertige, mais du vertige plein, clair, et qui vibre partout, autour et dedans moi.

 

Thomas Roy

 

crédits de l’image

Expérience de spectateur: « Endo », performance de david wampach et tamar schellef. carreau du temple, paris, novembre 2019

De Mahaut Leconte 

Découvrir la performance / source de l’image

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

On a courus.

On s’est perdus.

Puis

On a trouvé

La grande salle

Remplie d’humains

Humains eux-mêmes remplis de leur expérience

De la vie

De leur geste

Leur vitalité

Excitation

Paroles

Sourires 

Rires

Sons.

 

Et bam.

 

D’un coup d’un seul

La lumière s’éteint.

Sans progression.

Sans que l’on s’y attende.

Et la musique commence.

 

Je suis surprise.

Étonnée.

On me sort de là ou j’étais dans ma tête.

En éteignant la lumière

C’est le monde à mes côtés qui s’est éteint aussi.

Plus un bruit de mes camarades autour.

Court moment d’obscurité.

 

C’est comme si j’étais seule maintenant.

Et pourtant autour de moi il y a d’autres esprits qui fonctionnent. 

 

La musique m’effraie un peu.

C’est de la trance

Elle est redondante 

On dirait qu’elle pénètre dans mon âme discrètement. 

 

Je n’ai pas eu le temps de voir que le spectacle allait démarrer et ça me procure une sensation étrange à l’intérieur de moi.

Je n’ai pas d’autre choix que de me plonger dedans.

J’aime bien qu’on ne me laisse pas le choix je crois.

J’aime bien que toute la vie autour de moi ait pris fin sans prévenir.

J’aime bien que personne n’ai pu finir sa conversation ou même sa phrase.

Ça me plait parce que moi-même je n’ai pas pu finir la mienne

Et je me rends doucement compte

Que je n’en ai plus envie.

Ou alors

Je n’y pense peut être même pas.

Je suis attirée par autre chose :

Un géant.

Non. 

Une géante.

Elle est éclairée sur scène vêtue d’une cape pour cacher son sexe

Et le reste de son corps est nu.

Elle existe en chair et en os.

On dirait que je suis en train de regarder le plus grand raccord du monde de la femme la plus grande.

Je suis impressionnée et déboussolée. 

Je me dis que ce n’est pas possible d’être si grande.

 

La lumière change.

Je comprends enfin que c’est un effet d’optique qui a su créer l’illusion.

Cette femme est un peu plus grande que la moyenne 

Mais elle me parait « normale » maintenant.

 

Plus tard la femme sort de scène et un homme arrive nu avec un masque.

Il a un cache sexe : c’est un gant.

Un gant en caoutchouc qui cache son sexe.

Pourquoi a-t-il un gant pour cacher son sexe ?

Pourquoi la femme est partie ?

La musique me fait penser à une musique de cirque maintenant. 

C’est grotesque. 

Ça me fait rire. 

Il se tortille dans tous les sens.

 

Je ne comprends rien.

 

Peut-on appeler cela de la danse ?

 

Je ne comprends rien.

 

Quand la musique change

La femme revient

Et de là

Les musiques et les danses s’enchaînent

Différentes à chaque fois. 

À deux.

Puis que l’homme.

Puis que la femme.

Mais maintenant

Ils peignent en même temps qu’ils dansent sur la musique.

Sur la scène

Il y a un énorme espace blanc formant un rectangle fait de toile prêt à accueillir de la peinture. 

Eux

S’en emparent.

Peignent de tout leur corps.

Avec les mains, les pieds, le haut et le bas du corps, le derrière et le devant.

Même avec les cheveux.

 

Je ne comprends rien.

 

Petit à petit il y a de la couleur qui se repose sur la toile.

Non.
Des couleurs.

Mais qu’y a-t-il sur ces toiles ?

Qu’est ce qu’elles représentent ? 

Il n’y a pas de dessin

Pas de réalisme 

Mais je dirai des jets et dépositions de peinture qui s’entremêlent les uns aux autres te se mélangent. 

 

Mais je comprends rien.

Et

J’aime bien ne pas comprendre

Je peux regarder où je veux

Sans devoir suivre le fil d’une histoire

En me racontant ce que je désire moi.

Comprendre c’est concevoir les raisons qui ont conduit quelqu’un à faire quelque chose. 

Comprendre des images c’est le fait de les recevoir en les reconnaissant.

Ici

On reçoit ce qu’on ne reconnait pas.

On imagine.

Car comprendre c’est aussi accepter de ne pas comprendre.

Accepter d’imaginer.

Et c’est ce que je fais.

Je me laisse juste transportée par le mouvement.

Et j’adore la sensation que j’éprouve

Cette sensation, c’est la liberté.

J’ai la sensation d’avoir comme le droit d’être bête.

Il n’y a rien à comprendre

Et ça me fait du bien.

Je suis sereine.

La vie autour n’existe plus.

C’est comme si le temps d’une heure l’imaginaire prenait le dessus sur tout

Et laissait les âmes se déconnecter du monde qui nous entoure, et se balader ou elles le désirent. 

 

Mahaut Leconte

Identification, empathie, projection dans les arts du spectacle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search