Expérience de spectateur de l’Avant-première du film « SAUVER OU PÉRIR » de Frédéric Tellier, Arras Film Festival – Casino d’Arras, Jeudi 8 novembre 2018

De Xaverine Lefebvre 
Regarder la bande-annonce du film

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

 

D’abord, la chaleur d’un festival de cinéma. La chaleur d’une salle de spectacle immense. La chaleur de la foule. La chaleur de fin de journée. La chaleur de l’attente. La chaleur de l’excitation. La chaleur de la nervosité.

J’ai chaud, je me sens oppressée.

Puis, la chaleur de ces flammes qui brûlent ce pompier sur le grand écran.

Le visage enfoui dans mon écharpe, j’ai peur. Je redoute une image de trop, trop dure, trop réelle. Ce n’est pas tant l’image de l’incendie qui me marque mais celles de l’après.

De l’après accident.

Il est allongé dans une salle d’hôpital. Seul. Inconscient. Mais il est toujours en vie.

Son corps couvert de pansements et son visage enseveli d’un film visqueux transparent.

Je ne veux pas voir ce qu’il se passe sous ce masque de seconde peau. C’est trop vrai, trop effrayant.

L’idée fuse dans mon esprit.

Mais est ce qu’on est encore soi-même sans son visage ?

Peut-on être encore quelqu’un sans visage ?

Exister sans son visage c’est comment ?

Si je perds mon visage est ce que je perds mon identité ?

Où sont ces gens défigurés, brulés dont le visage s’est effacé ?

Sont-ils condamnés à vivre cachés ?

Est-ce que lui pense à quoi il va ressembler ?

Le film se poursuit mais je ne cesse de m’attacher à cette figure qui n’est plus.

J’ai chaud. Je me sens oppressée.

Puis tout s’éteint. C’est pourtant le milieu du film mais tout s’arrête sans qu’on sache pourquoi. Les lumières de la salle se rallument, pourtant le silence règne. C’est un moment de suspend où le temps s’arrête. Le temps s’arrête, mais les idées fusent. La fiction et le réel se mêlent. Je suis désorientée, j’attends. Je n’attends pas de savoir pourquoi le film s’est interrompu. Je n’attends pas d’avoir une explication sur cet incident. J’attends la suite. Je veux la suite. L’histoire de ce pompier m’obsède. Son visage me hante.

J’ai chaud. Je me sens oppressée.

J’aperçois au fond de la salle des pompiers. Des vrais. Plusieurs personnes se sont évanouies. Ils s’en chargent. Pourtant, dans ma tête c’est la fiction qui m’appelle.

Mais le pompier brulé, lui, que va-t-il devenir ?

 

Xaverine Lefebvre

 

crédits de l’image


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
rosaci (19 mars 2021). Expérience de spectateur de l’Avant-première du film « SAUVER OU PÉRIR » de Frédéric Tellier, Arras Film Festival – Casino d’Arras, Jeudi 8 novembre 2018. IDEM. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ptjn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.