Expérience de spectateur « Cyrano de Bergerac » mis en scène par Leander Haußmann. Thalia theater, Hambourg, 2017

De Joséphine Thiessen
Découvrir le spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

 

Version traduite

 

Je suis au théâtre, assise dans le public. 

Le gros rideau rouge s’ouvre et le spectacle commence.

En voyant ce qui se déroule sous mes yeux, je me rends compte que c’est peut-être absurde de vouloir partager mes mots en sachant d’emblée qu’on ne me comprendra pas. Mais mes souvenirs veulent renaître et passer par mes mots.

Des mots étrangers.

Des oreilles inconnues.

Des yeux interrogatifs.

 Il n’y a maintenant plus de retour possible. Je revois Jens Harzer entrer sur le plateau avec sa silhouette voûtée, ses cheveux en bataille et un nez énorme.

Sa voix chaude, frémissante, au son légèrement métallique, commence à dire un vers après l’autre.

Il est dimanche 17h30, je suis au deuxième rang, sans connaître personne, et je bois ses paroles avec avidité.

Il est 18h30 et Jens Harzer oublie son texte pour la première fois. S’ensuivent plusieurs moments où il est là, sur le plateau, désemparé, et appelle à l’aide la souffleuse (Gabriele, je crois).

Il transpire, nous transpirons.

Le public respire en même temps que lui.

Au bout du septième trou de texte d’affilée il demande à la souffleuse de venir sur le plateau, la remercie et la présente au public.

-Tonnerre d’applaudissements.

Je n’en peux plus. Les premières larmes coulent le long de mes joues.

Mon corps commence à trembler et des points de douleur se diffusent dans mon cœur.

C’est le sentiment d’un cœur brisé, d’un amour sans retour. – Cyrano !

Je sens qu’il ne s’agit pas d’être comprise par les mots ou de maîtriser parfaitement un texte.

Tout ce qui constitue l’art est l’honnêteté, le courage de l’imperfection, l’ouverture du cœur pour donner de l’espace aux émotions, avoir confiance et se livrer sans peur. Se laisser porter.

Enrichir son artisanat par l’amour.


Version en langue originelle

Ich sitze im Theater. 
Der dicke rote Vorhang öffnet sich und die Vorstellung beginnt. 
Während sich der Moment vor meinen Augen abspielt, wird mir bewusste, dass es vielleicht absurd ist meine Worte teilen zu wollen und schon im Voraus zu wissen, dass ich nicht verstanden werde. Doch meine Erinnerungen wollen wieder neu geboren werden und sich durch meine Worte wiedergeben. 
Fremde Worte. 
Unbekannte Ohren. 
Fragende Augen. 

Jetzt gibt es kein zurück mehr. Erneut sehe ich wie Jens Harzer, mit einer gebeugten Gestalt, verfilztem – sperrlich gewachsenem Haar und einer kolossalen Nase die Bühne betritt. 

Seine warme, säuselnde stimme, die leicht blechern klingt beginnt einen Vers nach dem anderen zu rezitieren.

Es ist Sonntag 17:30 Uhr, ich sitze ohne jegliche Bekanntschaft in der zweiten Reihe und sauge durstig seine Worte auf. 

Es ist 18:30 Uhr und Jens Harzer vergisst das erste Mal seinen Text. Es folgen weitere Passagen in denen er ratlos auf der Bühne steht und seine Suffleuse (Gabriele oder so) um Hilfe bittet.
Er schwitzt, wir schwitzen.
Das Publikum atmet mit ihm. 

Nach dem siebten Texthänger in Folge bittet er die Suffleuse auf die Bühne, bedank sich bei ihr und stellt sie dem Publikum vor. 
– Großer Applaus.

Ich kann nicht mehr. Mir Kullern die ersten Tränen die Wangen herunter. 

 

Joséphine Thiessen

 

crédits de l’image



Citer ce billet
rosaci (2021, 11 juin). Expérience de spectateur « Cyrano de Bergerac » mis en scène par Leander Haußmann. Thalia theater, Hambourg, 2017. IDEM. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ptju

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.