Des étudiants comédiens décrivent leurs expériences de spectateurs

Nous inaugurons avec ce billet une série relative à un travail qui associait des chercheurs du projet IdEm à des étudiants de l’ESAD (Ecole supérieure d’art dramatique)  de Paris, promotion 2019.

Ce travail, qui s’inscrit dans le projet « Opération Caravage » porté par Anne Monfort  et financé par le Ministère de la culture (Direction générale de la création artistique), comprenait deux volets.

D’une part, Marie Martin, Mildred Galland-Szymkowiak, Alain-Patrick Olivier sont venus exposer début 2020 aux étudiants plusieurs notions étudiées dans le Vocabulaire de l’identification dans les arts du spectacle (actuellement en préparation, en ligne fin 2021). Ces conférences ont été suivies de discussions animées avec les étudiants, qui ont cherché à s’approprier les notions et à se demander si et comment eux-mêmes pouvaient, dans leur jeu, viser un « effet » sur le spectateur qui serait adéquatement décrit par ces notions : un effet d’hypnose, de projection, ou d’Einfühlung.

D’autre part, Anne Monfort, metteure en scène et Laure Bachelier, dramaturge, ont mené un travail de plateau avec les étudiants , dans un geste conjoint d’adaptation et de jeu à partir de matériaux non dramatiques. D’abord à partir du texte Agnès et ses sourires de Stéphane Bouquet, conçu comme une variation autour de l’écriture d’un synopsis, puis à partir du roman L’avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic. Tout au long de cette session, les étudiants ont été mobilisés à la fois sur le travail de l’acteur et sur le ressenti du spectateur ; le dialogue avec les chercheurs a été l’un des éléments d’un processus d’allers-retours dans lequel s’inscrivait aussi non seulement la création de formes scéniques, mais aussi un exercice consacré à l’expérience de spectateur des étudiants, exercice dont les textes que nous présenterons dans les prochains billets constituent la trace.

Le protocole était le suivant : chacun vient, lorsqu’il le souhaite, raconter sur scène, assis ou debout, une expérience de spectateur qui l’a marqué en essayant de ne pas évaluer d’un point de vue esthétique le spectacle en question, mais de partager ses sensations en tant que spectateur sans (trop) dépasser trois minutes. Les étudiants discutent ensuite rapidement autour de ce partage. Enfin, l’objectif proposé pour la rédaction des textes consiste à essayer de retrouver dans et par l’écriture l’expérience traversée par le corps au plateau.

Nous publions à partir d’aujourd’hui un choix de ces textes écrits par les étudiants comédiens de l’ESAD. On les retrouvera aussi sous la rubrique « expériences d’identification ».

Anne Monfort, Laure Bachelier et Mildred Galland-Szymkowiak



Citer ce billet
rosaci (2021, 31 mars). Des étudiants comédiens décrivent leurs expériences de spectateurs. IDEM. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ptjo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.