Expérience de spectateur: « Une vie cachée », film de Terrence Malick, 2019

De Gauthier Whal
Regarder la bande-annonce du film

 

 

On entre dans une salle relativement vide, neuve , qui sent le neuf, rouge. Je suis avec Fanny, on va voir le dernier film de Terrence Malick, Une vie cachée. Au début du film, il y a des images d’archives sur la déportation, ce sont des images inscrites dans la mémoire de chacun, symbole d’ignominie mais qui ne pénètre pas dans ma chair, je reste assez extérieur, insensible presque à ces images. Puis la couleur arrive et on suit l’histoire d’un couple autrichien qui vit à la campagne dans les années 40, 1900, 40. Je tiens les mains de Fanny dans la mienne, je caresse ses doigts ses cuisses couvertes de tissu jean.

Les images, les couleurs du film me font basculer dans un état différent, je suis prêt. Quelque chose s’ouvre en moi et j’ai la sensation presque palpable de ce qui est à l’écran. La caméra pénètre les paysages, la matière, je fais partie d’eux. Il y a la nature, la terre, le vivant, les arbres les animaux et les mains sales au milieu de Paris. Je suis transporté dans un autre espace. Et cette transposition m’émeut. Une brèche est ouverte et je sens des larmes couler doucement sur mes joues. Le sel. Je regarde Fanny qui est en larme elle aussi et l’émotion grandit. Je deviens, après avoir été paysages, couleurs… la femme puis l’homme et je suis saisi, déchiré par le lien qui les unit. Je regarde Fanny et je pose ma tête sur sa poitrine, je sens son visage mouillé par les larmes. Je suis apaisé par sa présence et en même temps j’ai à mes côtés, la femme à laquelle j’identifie la Fanny du film (elles ont le même prénom). Je suis saisi par la bravoure de l’homme qui tiens ses valeurs jusqu’à en mourir, c’est une émotion presque épique, plus morale, politique, cérébrale…

nous sortons de la salle en pleurant à chaudes larmes et je croise un clochard qui dors souvent en bas de chez moi, dans cette ville horrible, monstrueuse, grise, le contraste est immense avec les paysages du film. De voir cet homme dans la rue, emmitouflé dans ce qui peut lui tenir chaud, j’ai une nouvelle quinte de larmes, une brèche est ouverte.

 

Gauthier Whal

 

crédits de l’image


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
rosaci (16 avril 2021). Expérience de spectateur: « Une vie cachée », film de Terrence Malick, 2019. IDEM. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ptjq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.