expÉrience de spectateur: « The art of not looking back », Spectacle de danse de Hofesh Schechter. Vu dans « Quatre chorégraphes à l’Opéra de Paris », 2018

De Luc Roca
Regarder un extrait du spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

Hofesh Shechter, the art of never looking back

 

C’est les vacances de Noël

Je suis dans le salon

Ma mère est sur son ordinateur portable

Je regarde la captation d’un spectacle sur Arte Replay

C’est 4 chorégraphes à l’Opéra de Paris

Le premier c’était James Thierré 

Le second commence

On voit les gens qui s’installent dans la grande salle de l’Opéra Garnier le noir se fait et il y a une voix off qui commence à parler en anglais donc je comprends pas trop ce qu’elle raconte puis elle s’accélère jusqu’à ce que ça devienne incompréhensible pour tout le monde on ne saisit aucun mot et puis soudain ça ralentit et on entend cette dernière phrase 

                                                                                    que j’ai comprise

il dit

                                     « jusqu’au moment où ma mère m’a abandonnée »

                   

                   un noir

                   un silence

 

                                                        et là

 

un énorme cri déchirant sorti des profondeurs                   une lumière aveuglante qui illumine

des entrailles une voix d’homme mais un cri aigu               toute la salle de l’Opéra Garnier toute

de quelqu’un à qui on arracherait les ongles             cette immense salle et on aperçoit le

                                                                           public dans l’orchestre ils ont l’air                                                                             scotchés aux sièges

 

je sursaute dans mon fauteuil j’écarquille les yeux je me réjouis de ne pas être dans la salle ça m’aurait encore plus fait flipper et je me dis dans la tête « ah ouais ok… » qui est en même temps plein d’interrogation et plein d’envie qui signifie « ça va être du gros lourd » mais aussi « qu’est-ce que c’est que ce truc ? »

 

                   re-noir

                   re-silence

 

le rideau s’ouvre et j’aperçois sept ou huit filles en chœur en avant-scène plantées dans le sol indélogeables regardant le public elles sont hyper puissantes rien ne peut les faire bouger de là

   

je suis impressionné et aux aguets comme une                  

proie derrière un buisson qui sent une énorme    

présence un danger    

hypnotisé fasciné je ne peux pas

            décrocher mon regard elles             

dégagent

                                                  un énergie qui m’attrapent les tripes et                                                                    m’envahit

 

                            je suis scotché à mon fauteuil

 

le son fait partie intégrante des danseuses et de la chorégraphie comme un interprète à part entière il y a des mélanges de classique et de cri/onomatopées de musique orientale le tout mêlé à un dernier partenaire la lumière qui apporte différentes textures dynamiques perceptions émotions tout se complète se contraste se tend se love les uns dans les autres.

  

Je l’ai vu quatre autres fois dont deux fois avec des personnes différentes à deux moments différents.

Le moment du cri du début me fait à chaque fois sursauter ça annonce la couleur alors j’écarquille

                                                        je leur en ai tellement parlé

les yeux et  on se regarde avec mes ami.e.s                                           comme pour dire « c’est que le début mon pote »                                        

                                                                                  

                                     A un moment une danseuse se retrouve seule debout au centre du plateau regardant le public serrant sa robe dans les mains le regard lancé à travers l’air perçant toutes les couches corporelles pour atteindre l’âme elle dégage une énergie une rage une puissance elle rayonne                                                                      

                                                                                    je me rends compte que je suis

                                                                                    amoureux des                                                                                                            danseuses et en particulier d’elle                                                               

  

         une voix off prononce une fois

 

                            « I don’t forgive you »

                            

je reçois une décharge derrière mon écran incapable de bouger

                                                                 pour ne pas perturber ce temps

                                                                 mais aussi car incapable de bouger.

 

Le spectacle se termine

Il y a toujours un moment de silence

On veut/peut pas parler

Je suis enfoncé dans mon canapé un poids en plus une gravité en plus

Je regarde mes ami.e.s

Ils regardent l’écran en pause ne disent rien.

 

Luc Roca

 

crédits de l’image


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
rosaci (2 avril 2021). expÉrience de spectateur: « The art of not looking back », Spectacle de danse de Hofesh Schechter. Vu dans « Quatre chorégraphes à l’Opéra de Paris », 2018. IDEM. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ptjp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.