Expérience de spectateur: « Endo », performance de david wampach et tamar schellef. carreau du temple, paris, novembre 2019

De Mahaut Leconte 

Découvrir la performance / source de l’image

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

 

On a courus.

On s’est perdus.

Puis

On a trouvé

La grande salle

Remplie d’humains

Humains eux-mêmes remplis de leur expérience

De la vie

De leur geste

Leur vitalité

Excitation

Paroles

Sourires 

Rires

Sons.

 

Et bam.

 

D’un coup d’un seul

La lumière s’éteint.

Sans progression.

Sans que l’on s’y attende.

Et la musique commence.

 

Je suis surprise.

Étonnée.

On me sort de là ou j’étais dans ma tête.

En éteignant la lumière

C’est le monde à mes côtés qui s’est éteint aussi.

Plus un bruit de mes camarades autour.

Court moment d’obscurité.

 

C’est comme si j’étais seule maintenant.

Et pourtant autour de moi il y a d’autres esprits qui fonctionnent. 

 

La musique m’effraie un peu.

C’est de la trance

Elle est redondante 

On dirait qu’elle pénètre dans mon âme discrètement. 

 

Je n’ai pas eu le temps de voir que le spectacle allait démarrer et ça me procure une sensation étrange à l’intérieur de moi.

Je n’ai pas d’autre choix que de me plonger dedans.

J’aime bien qu’on ne me laisse pas le choix je crois.

J’aime bien que toute la vie autour de moi ait pris fin sans prévenir.

J’aime bien que personne n’ai pu finir sa conversation ou même sa phrase.

Ça me plait parce que moi-même je n’ai pas pu finir la mienne

Et je me rends doucement compte

Que je n’en ai plus envie.

Ou alors

Je n’y pense peut être même pas.

Je suis attirée par autre chose :

Un géant.

Non. 

Une géante.

Elle est éclairée sur scène vêtue d’une cape pour cacher son sexe

Et le reste de son corps est nu.

Elle existe en chair et en os.

On dirait que je suis en train de regarder le plus grand raccord du monde de la femme la plus grande.

Je suis impressionnée et déboussolée. 

Je me dis que ce n’est pas possible d’être si grande.

 

La lumière change.

Je comprends enfin que c’est un effet d’optique qui a su créer l’illusion.

Cette femme est un peu plus grande que la moyenne 

Mais elle me parait « normale » maintenant.

 

Plus tard la femme sort de scène et un homme arrive nu avec un masque.

Il a un cache sexe : c’est un gant.

Un gant en caoutchouc qui cache son sexe.

Pourquoi a-t-il un gant pour cacher son sexe ?

Pourquoi la femme est partie ?

La musique me fait penser à une musique de cirque maintenant. 

C’est grotesque. 

Ça me fait rire. 

Il se tortille dans tous les sens.

 

Je ne comprends rien.

 

Peut-on appeler cela de la danse ?

 

Je ne comprends rien.

 

Quand la musique change

La femme revient

Et de là

Les musiques et les danses s’enchaînent

Différentes à chaque fois. 

À deux.

Puis que l’homme.

Puis que la femme.

Mais maintenant

Ils peignent en même temps qu’ils dansent sur la musique.

Sur la scène

Il y a un énorme espace blanc formant un rectangle fait de toile prêt à accueillir de la peinture. 

Eux

S’en emparent.

Peignent de tout leur corps.

Avec les mains, les pieds, le haut et le bas du corps, le derrière et le devant.

Même avec les cheveux.

 

Je ne comprends rien.

 

Petit à petit il y a de la couleur qui se repose sur la toile.

Non.
Des couleurs.

Mais qu’y a-t-il sur ces toiles ?

Qu’est ce qu’elles représentent ? 

Il n’y a pas de dessin

Pas de réalisme 

Mais je dirai des jets et dépositions de peinture qui s’entremêlent les uns aux autres te se mélangent. 

 

Mais je comprends rien.

Et

J’aime bien ne pas comprendre

Je peux regarder où je veux

Sans devoir suivre le fil d’une histoire

En me racontant ce que je désire moi.

Comprendre c’est concevoir les raisons qui ont conduit quelqu’un à faire quelque chose. 

Comprendre des images c’est le fait de les recevoir en les reconnaissant.

Ici

On reçoit ce qu’on ne reconnait pas.

On imagine.

Car comprendre c’est aussi accepter de ne pas comprendre.

Accepter d’imaginer.

Et c’est ce que je fais.

Je me laisse juste transportée par le mouvement.

Et j’adore la sensation que j’éprouve

Cette sensation, c’est la liberté.

J’ai la sensation d’avoir comme le droit d’être bête.

Il n’y a rien à comprendre

Et ça me fait du bien.

Je suis sereine.

La vie autour n’existe plus.

C’est comme si le temps d’une heure l’imaginaire prenait le dessus sur tout

Et laissait les âmes se déconnecter du monde qui nous entoure, et se balader ou elles le désirent. 

 

Mahaut Leconte

Expérience de spectateur: « Une vie cachée », film de Terrence Malick, 2019

De Gauthier Whal
Regarder la bande-annonce du film

 

 

On entre dans une salle relativement vide, neuve , qui sent le neuf, rouge. Je suis avec Fanny, on va voir le dernier film de Terrence Malick, Une vie cachée. Au début du film, il y a des images d’archives sur la déportation, ce sont des images inscrites dans la mémoire de chacun, symbole d’ignominie mais qui ne pénètre pas dans ma chair, je reste assez extérieur, insensible presque à ces images. Puis la couleur arrive et on suit l’histoire d’un couple autrichien qui vit à la campagne dans les années 40, 1900, 40. Je tiens les mains de Fanny dans la mienne, je caresse ses doigts ses cuisses couvertes de tissu jean.

Les images, les couleurs du film me font basculer dans un état différent, je suis prêt. Quelque chose s’ouvre en moi et j’ai la sensation presque palpable de ce qui est à l’écran. La caméra pénètre les paysages, la matière, je fais partie d’eux. Il y a la nature, la terre, le vivant, les arbres les animaux et les mains sales au milieu de Paris. Je suis transporté dans un autre espace. Et cette transposition m’émeut. Une brèche est ouverte et je sens des larmes couler doucement sur mes joues. Le sel. Je regarde Fanny qui est en larme elle aussi et l’émotion grandit. Je deviens, après avoir été paysages, couleurs… la femme puis l’homme et je suis saisi, déchiré par le lien qui les unit. Je regarde Fanny et je pose ma tête sur sa poitrine, je sens son visage mouillé par les larmes. Je suis apaisé par sa présence et en même temps j’ai à mes côtés, la femme à laquelle j’identifie la Fanny du film (elles ont le même prénom). Je suis saisi par la bravoure de l’homme qui tiens ses valeurs jusqu’à en mourir, c’est une émotion presque épique, plus morale, politique, cérébrale…

nous sortons de la salle en pleurant à chaudes larmes et je croise un clochard qui dors souvent en bas de chez moi, dans cette ville horrible, monstrueuse, grise, le contraste est immense avec les paysages du film. De voir cet homme dans la rue, emmitouflé dans ce qui peut lui tenir chaud, j’ai une nouvelle quinte de larmes, une brèche est ouverte.

 

Gauthier Whal

 

crédits de l’image

expÉrience de spectateur: « The art of not looking back », Spectacle de danse de Hofesh Schechter. Vu dans « Quatre chorégraphes à l’Opéra de Paris », 2018

De Luc Roca
Regarder un extrait du spectacle

[ Ce billet s’inscrit dans une série dont vous trouverez la présentation ici : des étudiants-comédiens de l’ESAD Paris décrivent leurs expériences de spectateurs ]

Hofesh Shechter, the art of never looking back

 

C’est les vacances de Noël

Je suis dans le salon

Ma mère est sur son ordinateur portable

Je regarde la captation d’un spectacle sur Arte Replay

C’est 4 chorégraphes à l’Opéra de Paris

Le premier c’était James Thierré 

Le second commence

On voit les gens qui s’installent dans la grande salle de l’Opéra Garnier le noir se fait et il y a une voix off qui commence à parler en anglais donc je comprends pas trop ce qu’elle raconte puis elle s’accélère jusqu’à ce que ça devienne incompréhensible pour tout le monde on ne saisit aucun mot et puis soudain ça ralentit et on entend cette dernière phrase 

                                                                                    que j’ai comprise

il dit

                                     « jusqu’au moment où ma mère m’a abandonnée »

                   

                   un noir

                   un silence

 

                                                        et là

 

un énorme cri déchirant sorti des profondeurs                   une lumière aveuglante qui illumine

des entrailles une voix d’homme mais un cri aigu               toute la salle de l’Opéra Garnier toute

de quelqu’un à qui on arracherait les ongles             cette immense salle et on aperçoit le

                                                                           public dans l’orchestre ils ont l’air                                                                             scotchés aux sièges

 

je sursaute dans mon fauteuil j’écarquille les yeux je me réjouis de ne pas être dans la salle ça m’aurait encore plus fait flipper et je me dis dans la tête « ah ouais ok… » qui est en même temps plein d’interrogation et plein d’envie qui signifie « ça va être du gros lourd » mais aussi « qu’est-ce que c’est que ce truc ? »

 

                   re-noir

                   re-silence

 

le rideau s’ouvre et j’aperçois sept ou huit filles en chœur en avant-scène plantées dans le sol indélogeables regardant le public elles sont hyper puissantes rien ne peut les faire bouger de là

   

je suis impressionné et aux aguets comme une                  

proie derrière un buisson qui sent une énorme    

présence un danger    

hypnotisé fasciné je ne peux pas

            décrocher mon regard elles             

dégagent

                                                  un énergie qui m’attrapent les tripes et                                                                    m’envahit

 

                            je suis scotché à mon fauteuil

 

le son fait partie intégrante des danseuses et de la chorégraphie comme un interprète à part entière il y a des mélanges de classique et de cri/onomatopées de musique orientale le tout mêlé à un dernier partenaire la lumière qui apporte différentes textures dynamiques perceptions émotions tout se complète se contraste se tend se love les uns dans les autres.

  

Je l’ai vu quatre autres fois dont deux fois avec des personnes différentes à deux moments différents.

Le moment du cri du début me fait à chaque fois sursauter ça annonce la couleur alors j’écarquille

                                                        je leur en ai tellement parlé

les yeux et  on se regarde avec mes ami.e.s                                           comme pour dire « c’est que le début mon pote »                                        

                                                                                  

                                     A un moment une danseuse se retrouve seule debout au centre du plateau regardant le public serrant sa robe dans les mains le regard lancé à travers l’air perçant toutes les couches corporelles pour atteindre l’âme elle dégage une énergie une rage une puissance elle rayonne                                                                      

                                                                                    je me rends compte que je suis

                                                                                    amoureux des                                                                                                            danseuses et en particulier d’elle                                                               

  

         une voix off prononce une fois

 

                            « I don’t forgive you »

                            

je reçois une décharge derrière mon écran incapable de bouger

                                                                 pour ne pas perturber ce temps

                                                                 mais aussi car incapable de bouger.

 

Le spectacle se termine

Il y a toujours un moment de silence

On veut/peut pas parler

Je suis enfoncé dans mon canapé un poids en plus une gravité en plus

Je regarde mes ami.e.s

Ils regardent l’écran en pause ne disent rien.

 

Luc Roca

 

crédits de l’image

Des étudiants comédiens décrivent leurs expériences de spectateurs

Nous inaugurons avec ce billet une série relative à un travail qui associait des chercheurs du projet IdEm à des étudiants de l’ESAD (Ecole supérieure d’art dramatique)  de Paris, promotion 2019.

Ce travail, qui s’inscrit dans le projet « Opération Caravage » porté par Anne Monfort  et financé par le Ministère de la culture (Direction générale de la création artistique), comprenait deux volets.

D’une part, Marie Martin, Mildred Galland-Szymkowiak, Alain-Patrick Olivier sont venus exposer début 2020 aux étudiants plusieurs notions étudiées dans le Vocabulaire de l’identification dans les arts du spectacle (actuellement en préparation, en ligne fin 2021). Ces conférences ont été suivies de discussions animées avec les étudiants, qui ont cherché à s’approprier les notions et à se demander si et comment eux-mêmes pouvaient, dans leur jeu, viser un « effet » sur le spectateur qui serait adéquatement décrit par ces notions : un effet d’hypnose, de projection, ou d’Einfühlung.

D’autre part, Anne Monfort, metteure en scène et Laure Bachelier, dramaturge, ont mené un travail de plateau avec les étudiants , dans un geste conjoint d’adaptation et de jeu à partir de matériaux non dramatiques. D’abord à partir du texte Agnès et ses sourires de Stéphane Bouquet, conçu comme une variation autour de l’écriture d’un synopsis, puis à partir du roman L’avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic. Tout au long de cette session, les étudiants ont été mobilisés à la fois sur le travail de l’acteur et sur le ressenti du spectateur ; le dialogue avec les chercheurs a été l’un des éléments d’un processus d’allers-retours dans lequel s’inscrivait aussi non seulement la création de formes scéniques, mais aussi un exercice consacré à l’expérience de spectateur des étudiants, exercice dont les textes que nous présenterons dans les prochains billets constituent la trace.

Le protocole était le suivant : chacun vient, lorsqu’il le souhaite, raconter sur scène, assis ou debout, une expérience de spectateur qui l’a marqué en essayant de ne pas évaluer d’un point de vue esthétique le spectacle en question, mais de partager ses sensations en tant que spectateur sans (trop) dépasser trois minutes. Les étudiants discutent ensuite rapidement autour de ce partage. Enfin, l’objectif proposé pour la rédaction des textes consiste à essayer de retrouver dans et par l’écriture l’expérience traversée par le corps au plateau.

Nous publions à partir d’aujourd’hui un choix de ces textes écrits par les étudiants comédiens de l’ESAD. On les retrouvera aussi sous la rubrique « expériences d’identification ».

Anne Monfort, Laure Bachelier et Mildred Galland-Szymkowiak

Identification, empathie, projection dans les arts du spectacle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search