Objet et méthodes

Notre objet est constitué par la constellation de concepts et de théories qui se sont développés, dans l’esthétique philosophique et dans les études théâtrales et cinématographiques, autour de la question de l’identification. Le but du projet IdEm est l’élaboration d’un Vocabulaire en ligne de l’identification dans les arts du spectacle.

En quoi consiste, et comment se déploie concrètement, la participation émotionnelle et cognitive du spectateur au spectacle ? Comment la création en arts du spectacle intègre-t-elle d’emblée une réflexion sur ces modes d’investissement ? Peut-on cerner en ce domaine des problèmes communs au théâtre, au cinéma, à la danse, à l’opéra, et comment définir à l’inverse ce qui les sépare les uns des autres ? Comment, en retour, l’épreuve réflexive de l’investissement dans le spectacle contribue-t-elle à la (trans)formation de l’identité des individus et des groupes ?

L’image historique et critique d’une constellation

Nous abordons ces questions à travers le repérage et l’étude historique et problématique des notions et concepts historiquement utilisés dans la culture européenne depuis Platon pour définir l’ « identification », prise ici au sens le plus large, au théâtre, en danse, au cinéma. Les notions et concepts utilisés – dans l’étude académique de ces différents types de spectacles, mais aussi dans la critique et dans les discours des metteurs en scène, acteurs, réalisateurs ou des simples spectateurs – pour désigner et comprendre le rapport du spectateur au spectacle, et de l’acteur à son rôle, sont nombreux : empathie, sympathie, projection, mais aussi catharsis, distanciation, hypnose, imitation etc. La liste s’allonge lorsqu’on prend en compte les notions forgées par les praticiens, ou celles qu’ils reçoivent et transforment à leur propre usage (« admiration » chez Corneille, « extase » chez Eisenstein, « coperezivanie » chez Stanislavski, etc.). Ces notions et concepts sont d’emblée pris dans une histoire et un contexte culturel et théorique. Souvent élaborés en lien avec d’autres champs de la réflexion (études littéraires, étude philosophique de l’intersubjectivité, esthétique des arts plastiques ou de la musique), ils fournissent, dans leurs différences, leurs oppositions et leurs relations, un riche nuancier pour saisir les facettes de la participation émotionnelle et cognitive du spectateur. Le but du projet IdEm est de fournir une image historique et critique de cette constellation.

De la terminologie à la problématisation d’une expérience

Il s’agit ainsi, d’une part, de fournir un instrument d’orientation dans la terminologie telle qu’elle s’est constituée, en strates historiques et dans les échanges (ou les points de blocage) entre différentes langues et cultures théoriques. Nombreux sont en effet les flottements terminologiques et les ambiguïtés (par exemple, dans la philosophie analytique contemporaine du cinéma, sympathy et empathy peuvent avoir un sens contraire d’un article à l’autre). Cependant, le projet IdEm ne se concentre pas sur la terminologie prise pour elle-même, mais sur les questions et les problèmes qui la traversent, et qui sont mis en évidence à travers les passages et transferts.

Il s’agit aussi, d’autre part, de permettre au grand public intéressé de prendre ou reprendre connaissance de toute une gamme de notions et de théories, afin de disposer d’outils d’appropriation critique de sa propre expérience du spectacle, et de la manière dont celle-ci se noue à son identité personnelle pour la faire et la défaire, la recomposer (comme le suggère le terme d’identification).

Transformations, transferts

Les questions qui se posent autour de l’expérience de l’identification dans les arts du spectacle ne sont pas purement conceptuelles, elles se déploient et se réarticulent à chaque fois dans différents contextes historiques, culturels, théoriques. Le projet vise donc tout particulièrement à mettre en relief les transferts qui ont marqué l’histoire – ou les histoires multiples – du développement théorique des problèmes liés à l’identification, dans différentes cultures : de l’esthétique théâtrale aristotélicienne aux théories du théâtre développées par le 18e siècle français (Diderot), du Mitleiden de l’esthétique dramatique allemande des Lumières (Lessing) à l’Einfühlung comme concept central de l’esthétique psychologique germanophone à la fin du 19ème s.-début du 20e… On se posera la question des transferts entre la psychanalyse (notion de « projection ») et les théories du spectateur et de l’acteur ; on se questionnera sur l’apport des neurosciences à la compréhension de l’identification. Aux circulations concernant l’élaboration théorique des problèmes, s’ajoutent des transferts « théorico-pratiques » liés par exemple aux déplacements de metteurs en scène.

Les travaux du groupe reviennent sur des concepts esthétiques traditionnels comme la catharsis ou la Verfremdung ; ou encore, ils explorent les développements les plus récents de la philosophie analytique du cinéma relativement à la question des émotions du spectateur. Nous donnons des traductions de textes encore inédits en français, mais nous rappelons aussi, par exemple, la teneur des débats classiques dans l’esthétique allemande sur la pitié tragique. Nous nous interrogeons sur le caractère hypnotique de l’adhésion au film aussi bien que sur la manière dont les mouvements du danseur lui permettent, ou non, d’entrer en résonance avec la salle.

L’empathie, et au-delà

Si l’intérêt actuel, massif, pour l’empathie dans les domaines psychologique, neurophysiologique et éthique, et dans une certaine mesure esthétique, fournit certes un contexte favorable à un tel réexamen, la mention, dans le titre du projet, de plusieurs notions distinctes – identification, empathie, projection – vise d’emblée à souligner la pluralité des problèmes et des approches qui sont les nôtres : il ne saurait être question d’un unique modèle de « l’empathie », celle-ci ne se réduisant pas à une disposition biologique mais se déployant comme une compétence culturelle et comme une manière pour l’être humain de se rapporter au monde. De même l’ « identification » n’est en rien un terme monolithique désignant un phénomène simple, mais une notion qui demande à être analysée, mise en relation avec la sympathie et l’empathie, vue selon ses différentes composantes (corporelle, affective, émotionnelle, cognitive) et ses différents objets intentionnels possibles (acteur, personnage, diégèse, atmosphère). Le but du projet n’est pas d’explorer « l’empathie » (qu’il faudrait d’abord définir) dans les arts du spectacle mais plutôt de reconstituer et de mettre en valeur le trésor des termes et concepts dont nous disposons pour dépasser l’unilatéralité d’une caractérisation qui se penserait atemporelle.

Notre réflexion se concentre sur des questions spécifiques aux arts du spectacle, questions traditionnelles (à commencer par celle de la catharsis) qui, si elles avaient été quelque peu ostracisées depuis l’époque brechtienne, reviennent aujourd’hui au premier plan dans la pratique et dans la théorie. Partir du théâtre, du cinéma, de la danse, de l’opéra voire de la vidéo, c’est partir de situations limites, de laboratoires où se déploient avec une intensité exceptionnelle les différentes facettes de l’empathie : non seulement les émotions liées à l’identification à un personnage ou à une histoire, mais aussi les affects corporels, les tonalités affectives diffuses qui se nourrissent des lignes, des couleurs, de la musique ; et également la dimension de connaissance, ou d’élucidation concrète de la situation de l’être humain dans son monde, qui passe par l’implication du spectateur et celle de l’acteur, dans un équilibre mouvant entre le dedans et le dehors, entre participation et mise à distance.

On le comprend : une telle approche nécessite de croiser les déterminations conceptuelles, historiques et culturelles ; de faire dialoguer les œuvres existantes et les théories esthétiques ; de comprendre comment les termes et concepts de l’identification, fondés sur des termes qu’il nous faut comprendre d’abord en leur langue originale et en leur relative intraductibilité, circulent et se transforment. Notre perspective requiert donc de faire travailler ensemble des spécialistes des différents arts du spectacle, des historiens, des ethnologues, des philosophes et spécialistes d’esthétique.

Identification, empathie, projection dans les arts du spectacle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search